Beta 10.3

Sans titre 2

Fidèle a ses habitudes Apple nous fait la surprise de la version beta 10.3 de Yosemite, mais ce n’est pas la seule surprise !
Cette beta comporte la première mouture de Photos, premier constat l’application semble instable (beta oblige) a ce stade les fonctionnalitées sont extrêmement basique, l’import des librairies Aperture et iPhoto sont bien gérées, le partage vers iCloud est au centre de ce nouveau soft qui propose la création de livres,cartes,calendrier et tirages.
La présentation est similaire a la version iCloud de Photos iOS, sobre épurée mais a ce niveau rien qui reprenne le flambeau du défunt Aperture en terme de retouche et traitement d’images.

Publicités

Aperture est mort…vive Capture One !

Non pas que je me réjouisse de la disparition du logiciel Apple, précurseur en 2005 avec ce soft qui a accompagné ma production pendant plus de 8 ans !

Il n’est d’ailleurs pas le seul dans la charrette puisque iPhoto passe a la trappe par la même occasion, prochain objectif ( photographe oblige ),  » Photo « , dont pour l’instant les contours sont encore flous, ce qui en photographie est un souci !

Alors les derniers irréductibles, pas forcément Gaulois, cernés qu’ils sont par les « solutions » Adobe de tous poils vont-ils basculer du coté obscur ? Pour ma part le choix est Danois et ce depuis l’avènement de C1 version 7.

Dans un premier temps, C1 est a ce jour le meilleur dématriceur raw avec je dois le dire Irridient Developer qui offre des prestations remarquables. Le niveau de retouche colorimétrique est un must dans Capture one, sa gestion des profils d’entrée permet d’utiliser des profils personnalisés, je sais LR aussi ! mais pour exporter une image dans un logiciel tiers, vous avez droit a quoi ? La sainte trilogie : Prophoto, Adobe rgb, sRgb. Formidable et si j’ai envie, voir besoin !!!!  d’un autre espace ? Sans parler de la gestion du cmjn….

Alors certes C1 n’intègre pas les plug-in directement comme le fait un LR ou le faisait un Aperture (mais que dis-je, il le fait toujours), mais rien ne s’oppose a créer un export, avec ouverture dans le logiciel de mon choix et d’effectuer celle-ci avec le profil que je souhaite !

Ce premier billet sur « l’après » Aperture pour dire que rien ne presse ! si, si. Votre machine lance toujours A3, le format raw de votre boitier est toujours reconnu par OSX, donc en attendant de voir a quoi va ressembler « Photo », pour ma part je n’en attends rien en tous cas pour une utilisation pro ! De voir, les différentes solutions pour passer d’un logiciel a l’autre, je rappel qu’a ce jour un petit produit comme Catapult, permet d’envoyer des images depuis Aperture vers un autre logiciel avec réintégration d’un Tiff ou d’un Jpg dans la structure de A3.

C’est certain que dans ce contexte Adobe va rafler le gros de la mise, on voit fleurir des offres de chez Corel, DxO maintient ses propositions tarifaires , Phase one également, 50% de remise, preuve que les milieux autorisés cher a Coluche sentaient le vent arriver et se positionnaient en vues de cette mort programmée.

Donc a mon sens pas d’énervement, cette situation était prévisible, voir attendue devant l’immobilisme de Cupertino sur ses logiciels images, et hurler aux charrons sur Apple ne changera en rien la situation, nos images dans des librairies Aperture sont toujours accéssibles et des solutions de remplacement existent.

 

Post-scriptum : Il semble que je me sois mal exprimé, et donc mal compris, a propos de LR et de son export dans une application tiers. Ce que je souhaitais dire, est que comme LR accepte les plug-in, avec la fonction « Modifier dans » le choix des profils est restreint aux trois cités plus haut, et que c’est un peu gênant ! Maintenant évidemment on peut créer un preset d’export qui va laisser le choix. Dont acte.

 

Comparatif traitement raw

Suite a un échange sur le forum Phase One concernant les teintes chaires et les rouges dans C1 et ce plus particulièrement sur les D800 et 600, j’ai téléchargé le raw du D800 sur dpreview site qu’on ne présente plus et qui est une source d’information incontournable.

J’ai donc ouvert les raws de deux boitiers le D800 (que je n’ai pas le plaisir de posséder) et le D7000 pour lequel j’ai créé un profil d’entrée pour Capture one.

Le casting, ACR 8.2, Aperture 3.5, C1 7.1.5, DxO9, CNX2.

Dans ACR j’ai utilisé la courbe par défaut Adobe, de toutes manières les autres ne valent pas grand chose, le seul moyen de s’en sortir est de générer un profil DCP « correct ». Aperture les réglages sont ceux par défaut, dans C1 pour le D800 profil générique et courbe « film standard », pour Le D7000 générique et profil perso avec dans les deux cas courbe standard, DxO offre un grand choix je me suis limité au profil du boitier correspondant dans les réglages couleurs. A noter que DxO se refuse toujours a proposer l’export pour profil aux utilisateurs Mac, allez savoir pourquoi ? Concernant CNX je n’ai appliqué aucun réglages et juste exporté en JPG.

A tout seigneur tout honneur commençons par le D800

ecranD800

Sur cette capture on voit que C1 propose un rouge « brique » qui d’ailleurs était a la base du débat sur le forum Phase One, ACR dans ce profil Adobe par défaut reste relativement neutre, Aperture malgré son age vénérable offre un rendu agréable et facile a traiter.

ecran2D800

DxO dans la configuration profil de boitier D800 est assez « contrast » il faut donc jouer des curseurs rapidement. CnX est plus « modéré » et relativement neutre.

Même principe avec le D7000 et cette fois avec le profil perso généré avec ProFilemaker.

D70001

On retrouve les écarts précédents avec les différences entre les deux boitiers.

Ecran2D7000

Le profil générique du D7000 dans C1 est saturée dans le jaune qui est très rouge, cela se retrouve dans toutes les images et dans les paysages le traitement devient complexe. Le profil neutralise l’image et ramène des couleurs plus neutre.

Ce petit comparatif n’est pas là pour démontrer que l’un est supérieur a l’autre tous les logiciels présents ici sont capables de générer des images de qualité, chacun a ses préférences et ses habitudes les miennes sont connues. J’avais réalisé ce mini test et et pourquoi ne pas en faire profiter tout le monde.

Une conclusion s’impose quelques soient les avantages et inconvénients de chacun de ces softs la calibration des boitiers est un plus évident. Les images des captures d’écran sont téléchargeables ici

Suite transition Aperture Capture One.

Fin septembre je vous indiquais un article de couleuricc qui nous donnait a lire une méthode pur migrer ses images entre le logiciel d’Apple vers celui de Phase One, et bien son auteur prolonge l’exercice avec une suite plus qu’intéressante sur le sujet de la transition A3 vers C1 . Donc a lire ici pour basculer ses précieuses images en sécurité.

Je m’interroge !

Utilisateur heureux d’Aperture depuis sa première version je me suis converti a Capture One suite a la « démission » d’Apple sur ses softs autre que OSX et iOS.

Après 3 ans d’attente sur une mise a jour majeure de mon logiciel de travail, j’ai basculé avec bonheur sur Capture One 7. Et franchement pas le moindre regret !

Mon interrogation vient de ma « schizophrénie », en effet je n’ai pas complètement coupé le cordon avec Aperture, en ce sens que je contribue toujours au forum Aperweb, et par ce lien je garde un contact avec mes « anciens camarades de jeux ». Certains couleront avec le navire, d’autre s’essaie a de nouvelle drogue, et tous râle sur le comportement de Cupertino envers ses ouailles. Chacun fait absolument ce qu’il veut, tous les choix sont respectables et pas question de jeter l’anathème sur l’un ou l’autre.

Non ma réflexion vient des derniers bouleversements d’Adobe concernant la suite CS, cloud pas cloud ? En temps que pro je considère l’offre d’Adobe intéressante et a suivre. Parallèlement a cette annonce Adobe développe des aplis iPad , des stylets de dessein, on parle d’une portance de Lightroom sur iPad… bref ça bosse ferme sur le sujet. Pendant ce temps quid de la moindre innovation chez Apple. Bon c’est vrai! pas trop les moyens, les ingénieurs coutent chère et le cash n’est pas disponible !!!!!!

Mon interrogation vient de ses infos qui agitent la blogosphère régulièrement (comme le monstre du Loch Ness)    Apple rachète Adobe….. et la marmotte….

Alors ça fait toujours frémir quelques vieux mac user, mais bon, Apple entretient depuis toujours des rapports « particuliers » avec Adobe et inversement !  Et si au fait de tous cela il n’existait pas une sorte de pacte entre les deux : je fais les iBidules tu fais les softs ? tu ne m’agresses pas sur le terrain matériel (extrêmement juteux) je te laisse développer les aplis qui vont avec ? Adobe/Apple une très vielle histoire d’amour. Tout cela pour dire qu’attendre la version 4 d’un logiciel qui n’a pas bougé (fondamentalement) depuis  3 ans me semble illusoire. Mais en informatique rien n’est jamais sur ! quand j’ai acheté mon premier Mac Apple était moribond et aujourd’hui….

Comparatif Capture One 7, DxO OP8, LR 4.3

DPREVIEW nous propose un comparatif de trois logiciels de traitement raw. Je m’étais déjà fait l’écho d’une « rencontre »  Capture one 7/Camera raw a partir des fichiers Fujifilm X-Trans. Ce test avait permis de mettre en avant l’excellence de CO 7.

Cette fois la comparaison se fait a partir des images de différents boitiers, Olympus, Canon, Nikon, Sony. Il est évident que ce genre de test concernant les résultats qualité, est totalement subjectif, en effet les rendus sont des rendus par défaut et rien n’empêche de modifier ces paramètres afin d’obtenir le résultat souhaité dans le logiciel de son choix.

Ce genre d’article permet de mettre en avant les plus et moins de chaque concurrent et ainsi de se faire une idée plus précise. Chacun choisi son soft en fonction de son activité, de ses gouts en terme de contraste, couleur…

Pour ma part le choix de Capture One s’est fait entre autre sur la qualité du traitement raw mais aussi sur les capacités de shoot en mode connecté (contrôle iPad…) La rapidité de l’ouverture des images ainsi que la possibilité d’export dans plusieurs formats (Tiff, jpg, rvb, cmjn…)  Ce test a été réalisé sur un iMac il est dommage  qu’Aperture ne fasse pas parti du lot, il est vrai que la pomme ne se bouscule pas beaucoup pour faire évoluer ce logiciel qui ma accompagné de nombreuses années.

Raw Converter Showdown: Capture One Pro 7, DxO Optics Pro 8 and Lightroom 4: Digital Photography Review.

Et le noir et blanc !

Un des succès récent du cinéma nous prouve, si besoin est, que le noir et blanc a toujours sa place.

Et pourtant combien de nos images ne sont pas en couleur ? Si l’on exclue le mariage et le portrait la demande en noir et blanc est quasi nulle. Il m’aura fallu « l’insistance » d’un client souhaitant un peu se démarquer dans sa communication pour m’apercevoir que je n’avais pas travaillé en N/B pour la communication depuis des lustres.

Ce qui est certain, c’est que produire une belle image N/B est plus délicat qu’en couleur et pourtant tous les sujets peuvent si prêter.

Un certain nombre de boîtier permettent de shooter en N/B, a moins de ne vouloir ou pouvoir passer par le post traitement, je ne suis pas adepte de cette méthode. Pour au moins deux raisons: la première est qu’en effectuant la prise de vue en N/B le retour a la couleur n’est pas possible avec tous les boîtiers, la seconde, je trouve le traitement noir blanc plus performant avec les logiciels.

La couleur et le niveau de gris offrent des rendus souvent diamétralement opposé, le premier nous rapporte ce que nous avons vu lors de la prise de vue, le second fait appel a notre imagination.(exemple)

Photoshop et camera raw offre la possibilité de passer en nivaux de gris, mais je préfère passer par Capture one 7, qui non content de traiter les raw avec qualité offre une très bonne conversion en N/B, voir le tuto.

  Mais un des maître de la conversion est Silver efex pro, qui offre des possibilités de réglages extrêmement fines et précises.  Ainsi que des rendus de films  façon Plus-x, Tri-x et autres Ilford HP. Disponible en plug-in Photoshop, Aperture…ou en application indépendante a tester si ce n’est déjà fait.

Cet article est l’occasion de signaler le site d’un photographe qui oscille, avec quel talent, en permanence entre couleur et noir et blanc Vincent Munier, dans un autre registre et pour conclure un collègue Allemand Patrick Hübschmann.

Alors vive le noir et blanc.